HEROS DU GRAND PARADOXE [2]

raphael_opstaele_13

Mais l’événement le plus ambitieux est peut-être l’exposition des Sept Héros du Grand Paradoxe à Vancouver, Canada, en 1991. L’invitation émane de Michel Lefebvre, producteur canadien de musiques du monde et ami d’ORAS. Son projet initial : exposer les Héros à travers tout le Canada et les Etats-Unis.

Malheureusement, les autorisations et assurances nécessaires sont quasi impossibles à décrocher. Le projet final se réduit donc considérablement mais reste toutefois complexe : transporter par bateau, en pièces détachées, les Sept Héros du Grand Paradoxe afin de les exposer durant une semaine à Vancouver. Une fois de plus, ORAS négocie ! Auprès de la Compagnie Maritime Belge d’abord, de laquelle il reçoit gracieusement le transport par bateau Anvers-Montréal ainsi que la mise à disposition d’un container flambant neuf. Des Chemins de fer transcanadiens ensuite, desquels il reçoit le transport du container Montréal-Vancouver. Reste à charger les pièces détachées et le matériel nécessaire au montage. Une fois de plus, le budget ne permet de sous-traiter cette tache délicate et difficile à une firme spécialisée. Peu importe, ORAS en a vu d’autres. Afin de se familiariser avec les techniques de remplissage de containers, il simule dans son atelier de la rue Masui un container de 12 mètres de long. A l’arrivée, pas un boulon ne manquera à l’appel. L’exposition des Héros à Vancouver est un succès.

Au Canada comme partout ailleurs, les Héros impressionnent, intimident. Alors, pour se rassurer, les passants renomment les sculptures, leur inventent une identité, les rattachent à ce qu’ils connaissent. Les Héros deviennent ainsi les « Oiseaux », les « Hérons », les « Insectes », les « Robots », … Ce que ORAS préfère ? Le moment ultime où la pointe est à la verticale, car « cela leur enlève toute expression figurative ».

ORAS a un peu plus de cinquante ans lorsqu’il conçoit et réalise les Sept Héros du Grand Paradoxe. « Son œuvre de maturité », comme il aime l’appeler. A ce stade, il a la conviction d’avoir fait les bons choix et a confiance en l’avenir.

Il sait pourtant que les portes des musées seront trop étroites pour accueillir les Sept Héros de Grand Paradoxe. Il sait aussi que la liberté a un prix et contient une part de risque. Avec les Héros et les œuvres ultérieures, il confirme toutefois son choix d’évoluer dans la rue et sur les places publiques. Parce que « ce n’est qu’en dehors des sentiers battus qu’on peut courir librement ».

Et lorsqu’on demande aujourd’hui à ORAS pourquoi il a toujours refusé de réaliser des Héros miniatures, faciles à commercialiser, il répond « ne pas être un marchand, mais un seigneur des rêves ».

Conception et réalisation : Raphaël August Opstaele.

Avec la participation de : Barbara Hahn, Vincent Lambert, Xavier Looze, Serge Nicolas, Michel Lefebvre.

mecano-art_30

mecano-art_64

Publicités

Les commentaires sont fermés.